Présentation

Envie de savoir qui je suis ? Pas de problème.

Moi c’est Johann. Enchanté. Non ce n’est pas mon nom.
J’ai étudié les mathématiques à l’université Claude Bernard, à Lyon, et elles ne me lâchent plus depuis. Mais je n’en ai pas fait mon métier pour autant, je suis entrepreneur dans le Web.
Pourquoi ? Voyons voir :

  • Premièrement, j’aurai fait un piètre enseignant. La rigidité des programmes scolaires, c’est pas mon truc, j’aime apprendre ce que j’ai envie, comme j’en ai envie, je raffole pas trop du bourrage de crâne et comme je refuse de faire aux autres ce que je n’aime pas que l’on me fasse, hors de question de rentrer dans les rangs. Et c’est tant mieux pour les pauvres élèves qui auraient eu à me supporter ! Il y a des gens bien plus compétents que moi pour enseigner.
    Le métier d’enseignant est pourtant l’un des plus beau au monde, mais l’éducation nationale de nos jours… hum, bref.
    Et de toutes façons, je me serai certainement planté à l’oral du CAPES ou de l’AGREG, garanti.
    Mais je donne tout de même des cours particuliers de temps en temps, lorsqu’il s’agit surtout de réconcilier un élève avec la matière, lui montrer que “l’erreur ce n’est pas le mal absolu”, que les maths “ca sert à quelque chose”, ou que les maths c’est pas si dur finalement quand ça devient intéressant.
  • Sinon la recherche, ça aurait carrément pu être mon truc, mais comme je fais partie du clan “je comprends vite mais il faut m’expliquer longtemps” et que je n’en fait qu’à ma tête, impossible de faire le poids face à la concurrence. Oui parce que pour faire de la recherche en maths, il faut soit être un génie complètement coupé de la société et du contact humain, soit avoir un parcours scolaire exemplaire qui consiste plus à mémoriser parfaitement tous les manuels qu’a vraiment réfléchir et être créatif… Et je ne suis ni autiste ni un robot.

Du coup, je préfère faire un métier qui me plait et où je suis mon propre patron (on ne peut pas me refuser une augmentation de salaire du coup ^^).
Et je blogue de temps en temps. C’est le moyen parfait pour apprécier les sciences sans pression, et on ne comprend vraiment un concept que lorsqu’on est capable de l’expliquer clairement, donc c’est aussi un moyen de progression personnelle.

Quelques mots sur mes compétences et mes goûts (à prendre au second degré) :

60%

Mathématiques

Forcément, après 5 ans d'études, on finit par pas trop mal connaître un domaine particulier... Ma botte c'est l'algèbre. Mais pas l'algèbre abstraite, hein les idéaux bilatères et companie, ça va 5 minutes, mais comment on visualise ce machin ? Non, ce qui me plait c'est son lien avec la géométrie. Et l'analyse. Et l'arithmétique. Et... bon je vais pas faire la liste, c'est un domaine universel des maths qu'on retrouve partout... Ceci dit, on a tous un style qui nous est propre :

Raisonnement intuitif

80%A la fois ``mon truc`` et mon plus gros talon d’Achille... Avoir une approche intuitive des mathématiques, c'est bien, c'est utile, mais ça peut coûter cher !
C'est utile pour ``voir les choses venir``, pour ``visualiser ce qu'il se passe`` ou prendre du recul, mais il m'a fallu du temps pour comprendre que les représentations visuelles et le ``feeling`` font mauvais ménage avec la rigueur. C'est donc un combat constant de ne pas tomber dans les pièges parce que quelque chose est ``évident`` ou esthétiquement attractif (symétrique typiquement)...

Logique

70%Ah... la logique. Si efficace, si rassurante. Ne me dites jamais que ``vous n'êtes pas logique`` car c'est une idée reçue qui me rend fou. Essayes-tu souvent de couper ton steak avec une cuillère ? Non ? Alors arrêtes de me dire que ``tu n'es pas logique`` ! La logique, c'est probablement le coeur des mathématiques. Elle permet d'avancer, elle permet de retracer son chemin, elle permet de trouver les failles dans son propre raisonnement, et elle aide à calmer Mme Intuition qui a un caractère très impulsif et nous emmène parfois au bord de l'irrationalité.

Calcul

20%Pfff... Pourquoi a-t-on autant besoin de faire des calculs en maths ? Sérieusement ! Probablement la partie la moins exaltante des mathématiques (pourtant juste un peu utile^^). Je suis nul en calcul. C'est un comble... Probablement trop fainéant pour m'entraîner suffisamment, mais j'ai aussi une mémoire très capricieuse (bonne excuse, non ?).
Bref, les calculs c'est bien, mais seulement quand il n'y en a pas trop. Ou que le risque d'erreur est faible : déjà fait deux pages de calculs avant de trouver une erreur au tout début ? Ouais. Pour moi c'est tous les jours !
Au moins j'oublie rarement de simplifier avant de calculer ;-)

Philosophie

90%Quoi ? Qu'est-ce que ça vient faire là, ça ?
Et bien c'est simple : on est pas passionné de maths parce que c'est ''utile'' ou parce qu'on aime faire des calculs (beurk, est-ce qu'il y en a vraiment qui aiment ça ? Les pauvres...). Pour moi, c'est leur signification. Il y a une beauté dans le fait que CA MARCHE ! C'est un peu une extension de notre pensée, rendue cohérente et fiable. Et poussée loin, très loin. Tellement loin que les concepts mathématiques les plus avancés sont si éloignés des simples règles de la logique que c'est à peine croyable. Et ça marche quand même. Et on les utilise pour comprendre le monde. C'est pas fascinant, ça ?

30%

Physique

Ce n'est pas mon domaine de prédilection. Après tout ce n'est pas la matière que j'ai étudié. Expériences de physique expérimentale ? Fail. Oh les TD d'optique... j'en ai encore mal là où la ou la lumière ne passe pas. La physique théorique, en revanche... Non, pas plus mon truc en fait j'ai jamais réussi à maîtriser les milliers d'unités de mesures différentes servant à mesurer une même variable. Faut se mettre d'accord les gars ! Ceci dit quel pied de voir qu'une théorie physique peut utiliser les maths pour exprimer les lois de la nature ! Beautiful !

10%

Humour

Les calculs, c'est chiant, on est tous d'accord là-dessus. Tais-toi, tu es d'accord j'ai dis. Du coup autant essayer d'avaler la pilule avec un peu de bonne humeur, ça ne mange pas de pain. Ceci dit, j'ai pas fait l'école du rire, donc si j'arrive à voler un sourire ne serait-ce que dans un article, ce sera assez. Et si tu n'aimes pas mon humour, va faire des calculs !